Médecins et Pharmaciens

La douche nasale Rhinicur®

– pour le rinçage du nez, en douceur et en profondeur –

Information produit destinée aux professionnels.


Avantages par rapport à d’autres méthodes de rinçage:
  1. Utilisation en position détendue par-dessus le lavabo
  2. Possibilités de rinçages à plus grands volumes
  3. Réservoir de rinçage souple
  4. Réglage individuel et variable de la pression de rinçage au moyen d’une valve intégrée dans le couvercle
  5. Incassable et réutilisable
  6. Emploi simple, propre et hygiénique
  7. Remplissage très aisé
  8. Position stable sans support supplémentaire
  9. Embout nasal intégré, s’ajustant à tous les types de nez
  10. Vidange automatique complète en position de repos
  11. Hygiène améliorée par démontage complet des pièces constituantes
  12. Si besoin, stérilisation

La douche nasale Rhinicur®

La douche nasale Rhinicur® est un dispositif médical certifi é, qui permet au patient de pratiquer lui-même ses rinçages nasaux quotidiens. Le réservoir d’une contenance de 250 ml est fabriqué dans une matière plastique souple. La douche nasale Rhinicur® est particulièrement fonctionnelle et pratique.

Comparée à d’autres méthodes de rinçage elle présente beaucoup d’avantages, car les multiples et longues années d’expérience dans l’usage quotidien ont abouti à une optimalisation de la douche nasale Rhinicur®.


Les rinçages nasaux – Le principe de base

Les rinçages nasaux au moyen de solutions salines sont une méthode thérapeutique reconnue. Elles sont recommandées dans de multiples cas de pathologies du nez et des cavités nasales. (2, 10, 11, 12)

Les rinçages nasaux font partie des traitements de bien-être naturels, qui ont été étudiés en profondeur et dont les effets et la sécurité d’emploi ont été éprouvés dans de larges mesures.

Les rinçages thérapeutiques de longues durées, à base de solutions salines appropriées, comme souvent pratiquées chez des patients chroniques, sont effi caces et sûres.

Une étude analytique récente (5) indique un niveau d’évidence 1a et un degré de recommandation A:, lorsque appliqués dans des cas aigus et chroniques de rhinosinusite ou dans des cas d’interventions au niveau des fosses nasales.

Ils ont une action décelable, non seulement dans des cas de rhinosinusite chronique ou d’interventions au niveau des fosses nasales, mais également dans des cas de rhinosinusite aigüe (ARS).

Ils sont également recommandés en raitements complémentaires à une thérapie usuelle pour des enfants souffrant de rhinosinusite aigüe (niveau d’évidence 1b).

Le principe de base des rinçages nasaux consiste probablement en un nettoyage mécanique intensif des cavités nasales principales: des sécrétions abondantes souvent produites lors de pathologies infl ammatoires, ainsi que des substances chimiques et microbiologiques, sont ainsi évacuées par rinçage.

Des croûtes sont soigneusement décollées et les muqueuses sont intensivement humidifi ées. Les cellules épithéliales sous-jacentes peuvent se régénérer et le mécanisme d’auto-nettoyage de la muqueuse nasale se trouve renforcé et/ou réactivé.

Souhaitez-vous disposer de modèle de démonstration pour votre cabinet?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et remplissez le formulaire de demande.

formulaire de demande

Application

  1. Pour le remplissage placer le réservoir dans son socle. Ensuite dévisser et retirer le couvercle. Orienter l’embout nasal intégré au socle horizontalement vers l’avant. Le réservoir est ainsi fermé. Remplir d’eau tiède le réservoir de la douche nasale Rhinicur® jusqu’au repère « Max » et ajouter la quantité de sel adaptée; on préfèrera le contenu d’une dose de 2,5 g de sel de rinçage Rhinicur®.
  2. Après le remplissage, remettre en place le couvercle à visser. Obturer l’opercule de la valve du couvercle au moyen de l’index. Agiter la douche nasale Rhinicur® jusqu’à ce que le sel soit complètement dissout.
  3. Saisir la douche nasale Rhinicur® ainsi préparée dans la main et obturer l’opercule de la valve du couvercle au moyen de l’index. Ensuite positionner l’embout nasal vers le haut, jusqu’à butée.
  4. Positionner la tête légèrement vers l’avant, au-dessus du lavabo et en même temps ouvrir largement la bouche, afin de relever le voile du palais (Velum palatinum). On évitera ainsi que la solution de rinçage ne pénètre dans la gorge. Dans cette position, appliquer l’embout nasal à l’une des narines pour obturer celle-ci.
  5. Ensuite ouvrir l’opercule de la valve du couvercle en soulevant l’index. La pression hydrostatique fera pénétrer la solution de rinçage par un côté du nez, pour baigner le septum et s’écouler par la narine opposée.

Pression de rinçage variable ! Dès lors, adaptée aux exigences de différentes thérapies.

Outre le rinçage du couloir nasal inférieur, la douche nasale Rhinicur® permet un rinçage en profondeur de l’ensemble de la cavité nasale jusqu’au toit du nez. Pour obtenir la pression nécessaire à cet effet, comprimer légèrement le réservoir en son milieu. Cela obturera automatiquement la valve du couvercle et permettra à la solution de rinçage de baigner la partie supérieure de la cavité nasale. Les rinçages nasaux peuvent être appliqués à volonté, en général 1 à 3 fois par jour.






Nettoyage

Avant et après usage, il est recommandé de rincer la douche nasale Rhinicur® à l’eau chaude. Pour le séchage, renverser la douche nasale, tourner l’embout nasal vers l’arrière et simplement déposer le couvercle à côté du réservoir. Pour un nettoyage intensif de la douche nasale, on peut désolidariser l’embout nasal du socle. Pour cela il faut tourner l’embout vers le bas et le retirer de son ancrage. Ainsi démontées, toutes les pièces constituantes de la douche nasale Rhinicur® peuvent être, soit nettoyées en lave-vaisselle, rincées à l’eau bouillante, bouillies dans un récipient, ou stérilisées dans un autoclave (121 °C; 20 minutes).

Acceptation et tolérance

Lors d’un premier usage, nombreux sont les patients qui présentent une certaine crainte pour pratiquer un rinçage nasal. En général une explication exacte, quant au fonctionnement, sera certainement utile. Les traitements par rinçages nasaux au moyen de la douche nasale Rhinicur® sont dans la plupart des cas ressenties comme étant agréables. La tolérance est particulièrement élevée. (13) Beaucoup de patients inscrivent les rinçages nasaux dans leur hygiène corporelle régulière. (7) Toutefois l’acceptation dépend fortement de la solution de rinçage mise en oeuvre (voir pages 6 et 7).




Choisir la solution de rinçage adéquate

Il est recommandé d’utiliser une solution saline isotonique comme solution de rinçage. C’est là que le sel naturel d’Ems se distingue particulièrement par sa composition spécifique, qui favorise le mécanisme naturel de nettoyage et la régénération de l’épithélium respiratoire. Le « Sel Naturel d’Ems » est obtenu par évaporation, au départ d’une eau minérale; il se distingue du sel de cuisine (chlorure de sodium) par la complexité de sa composition chimique et par ses caractéristiques physiques.

Outre ses composants principaux, tels que le sodium, le potassium, l’hydrogénocarbonate et les chlorites, le sel naturel d’Ems contient une trentaine d’autres produits minéraux et oligo-éléments.

En principe il ne faudrait utiliser que des sels de qualité pharmaceutique, étant donné que d’autres, tel que le sel de cuisine, contiennent des régulateurs de fluidité, qui sont susceptibles d’endommager la muqueuse nasale.  La concentration adéquate de la solution saline est très importante.

En général il est recommandé de n’utiliser que des solutions isotoniques, qui ne provoquent pas d’échanges osmotiques. En effet, des solutions hypo- et/ou hypertoniques (comme l’eau pure p. ex.) peuvent provoquer des irritations et autres effets secondaires et ainsi compromettre la tolérance au produit. Si on compare une solution isotonique préparée avec du sel de rinçage nasal Rhinicur® contenant du sel naturel d’Ems et une solution isotonique à base de sel de cuisine, on constate que la première est légèrement alcaline (pH 7,5 – 8,5).

Cela lui confère une extraordinaire capacité tampon pour des produits d’échange acides. Cela résulte de la part importante d’ions d’hydrogénocarbonate présents dans le sel naturel d’Ems. Le sel de rinçage nasal Rhinicur® estconditionné et disponible en sachets 2,5 g, ce qui permet aux patients de préparer aisément ses solutions isotoniques avec 250 ml d’eau pour ses besoins quotidiens.

Les solutions de rinçage doivent toujours être préparées fraîchement, afin d’éviter les germinations. L’eau utilisée sera toujours au moins de qualité potable. Pour les patients particulièrement exposés (p. ex. dans les cas de fibrose cystique ou dans les 3 jours après avoir subi une intervention chirurgicale), l’utilisation d’eau stérilisée ou bouillie pourra s’avérer nécessaire.






Domaines d’application

Le rinçage nasal pour un nettoyage intensif des principales cavités nasales n’a de sens que lorsque le système naturel de nettoyage du nez est perturbé par une production abondante de sécrétions et de croûtes. Les domaines d’application sont dès lors nombreux et le choix de la solution de rinçage non négligeable. Les principales indications sont brièvement énumérées ci-après.

Rhinites allergiques

Les rinçages nasaux libèrent le nez d’allergènes, de facteurs inflammatoires et de cytokine, ce qui améliore rapidement les symptômes cliniques, subjectivement et objectivement. Les besoins en médicaments antiallergiques peuvent être réduits de plus de 30 %, sans effets négatifs sur les paramètres infl ammatoires.8) Les rinçages nasaux avec la douche nasale Rhinicur® et le sel de rinçage nasal Rhinicur® peuvent dès lors, pour des pathologies légères, représenter un traitement unique et suffi sant. En cas de symptômes plus sévères, ils présenteront un complément judicieux à la thérapie médicamenteuse.

Rhinites sèches

Lors de traitements de rhinites chroniques il est en premier lieu important de veiller à l’humidifi cation intensive de la muqueuse nasale. En outre, le détachement des croûtes séchées revêt aussi une grande importance. Celles-ci seront évacuées aussi délicatement que possible, afi n d’éviter de blesser la muqueuse nasale déjà endommagée. Les rinçages nasaux au moyen de la douche nasale Rhinicur® et du sel de rinçage nasal non irritant Rhinicur® remplissent ces deux fonctions.




Rhinites, rhinosinusites et sinusites

L’inflammation du nez et des cavités nasales occasionne le gonflement de la muqueuse nasale, des hypersécrétions et la réduction de la tolérance mucociliaire. Les recherches ont démontré que les rinçages nasaux avec la douche nasale Rhinicur® et le sel de rinçage nasal Rhinicur®, améliorent sensiblement la sensation de bien-être et la fonction respiratoire du nez. (13) Il semble que, outre l’évacuation mécanique des sécrétions, les solutions salines favorisent la détumescence des muqueuses nasales et la solution intensive de mucus. En principe, les rinçages nasaux au moyen de solutions salines sont une thérapie reconnue. Leur usage en cas de rhinosinusite aigüe et chronique (ainsi que lors d’intervention au niveau des cavités nasales) place le niveau d’évidence à 1a et le degré de recommandation à A. (5)

Soins de la muqueuse nasale après intervention endonasale

Après des interventions chirurgicales au niveau du nez et des cavités nasales, les rinçages nasaux ont prouvé leur efficacité. Ils permettent de décoller les croûtes de manière atraumatique, de rincer les sécrétions, de réduire les obstructions du nez (1, 8, 13) et d’améliorer la tolérance mucociliaire. (4) Pour réduire sensiblement le risque de contamination par entérobactéries, qui favorisent le développement de la maladie, il faut préférer l’utilisation de la douche nasale Rhinicur®, plutôt que le « creux de la main ». (6) Par contre, l’usage de solutions stériles en aérosols n’apporte aucun avantage substantiel et occasionne des coûts supplémentaires. (9)

Contre-indications et risques

L’utilisation conforme aux prescriptions et l’emploi de solutions de rinçage appropriées permettent un traitement des cavités nasales sans risque. Pendant la séance de rinçage, le patient veillera à ne pas avaler. De même il évitera de se moucher immédiatement après le rinçage, afin d’éviter la pénétration de la solution de rinçage dans les canaux et les sinus. Les rinçages nasaux sont proscrits en cas de rhino logorrhée et de fortes tendances à l’épitaxie. Au stade aigu d’une infection, tout traitement sera strictement soumis à un avis médical.




Littérature

(1) Bachmann, G., Hommel, G., Michel, O. (2000): Effect of irrigation of the nose with isotonic salt solution on adult patients with chronic paranasal sinus disease. Eur. Arch. Oto-rhinolaryngol, 257, S. 537-541. (2) Brown CL., Graham SC. (2004): Nasal irrigation: good or bad? Curr Opin Otolaryngol Head Neck Surg; 12: 9-13. (3) Dirnagl, K., Guillerm, R., Hée, J., Badré, R., Schnelle, K.-W. (1979): Untersuchungen über den Einfluß von Soleverdünnungen unterschiedlichen pH-Wertes auf die ziliäre Transportfunktion. Z. angew. Bäder- u. Klimaheilkunde, 26, S.5-14. (4) Haidl, P., Schönhofer, B., Siemon, K., Köhler, D. (2000): Inhaled isotonic alkaline versus saline solution and radioaerosol clearance in chronic cough. Eur. Respir. J., 16, S. 1102-1108. (5) Hildenbrand T. et al.(2011): Nasenspülungen bei akuter Rhinosinusitis. Laryngo-Rhino-Otol, 90, S. 346-351. (6) Johannssen, V., Maune, St., Erichsen, H., Hedderich, H., Werner, J. A. (1996): Der Einfluß der postoperativen endonasalen Schleimhautpflege auf die nasale Bakterienflora: Prospektive Untersuchung zweier Spülverfahren mit NaCl-Lösung nach Nasennebenhöhlenchirurgie. Laryngo-Rhino-Otologie, 75, S. 580-583. (7) Keerl, R., Weber, R., Müller, C., Schick, B. (1997): Zur Effizienz und Verträglichkeit der Nasenspülung nach endonasaler Nasennebenhöhlenoperation. Laryngo-Rhino-Otologie, 76, S. 137-141. (8) Klimek, L., Johannssen, V., Hundorf, I., Hommel, G., Hörmann, K. (2001): Läßt sich der Medikamentenverbrauch bei Patienten mit saisonaler Rhinitis allergica durch Nasenspülbehandlungen mit isoosmotischer Emser Salzlösung reduzieren? Allergologie, 24, S. 309-315. (9) Maune, St., Johannssen, V., Salhy, H., Werner, J. A. (1999): Prospective randomized investigation for evaluation of postoperative changes in the microbial climate of paranasal mucosa by the use of different dissoluting techniques during postoperative care. Rhinology, 37, S. 113-116. (10) Rabago D., Zgierska A. (2009): Saline nasal irrigations for upper respiratory conditions. Am Fam Physician; 80: 1117-9, 21-22. (11) Rosenfeld RM., Andes D., Bhattacharyya N., Cheung D., Eisenberg S., Ganiats TG., Gelzer A., Hamilos D., Haydon RC. 3rd, Hudgins PA., Jones S., Krouse HJ., Lee LH., Mahoney MC., Marple BF., Mitchell CJ., Nathan R., Shiffman RN., Smith TL., Witsell DL. (2007): Clinical practice guideline: adult sinusitis. Otolaryngol Head Neck Surg; 137: S1-S31. (12) Scadding GK., Durham SR., Mirakian R., Jones NS., Drake-Lee AB., Ryan D., Dixon TA., Huber PA., Nasser SM. (2007): BSACI guidelines for the management of rhinosinusitis and nasal polyposis. Clin Exp Allergy; 260-275. (13) Wendeler, H. M., Müller, J., Dieler, R., Helms, J. (1997): Nasenspülungen mit isotoner Emser-Salz-Lösung bei chronischer Rhinosinusitis. Oto-Rhino-Laryngol Nova, 7, S. 254-258.

Souhaitez-vous disposer de modèle de démonstration pour votre cabinet?

Cliquez sur le bouton ci-dessous et remplissez le formulaire de demande.

formulaire de demande